La question du handicap à l’école

IDDHEA jette un regard sur la scolarisation des élèves en situation de handicap qui est devenue un enjeu majeur au fil de ces dernières années. La loi « handicap » de 2005 a permis de faire de grandes avancées en la matière et les chiffres récents apportés par le ministère de l’Éducation nationale montrent que les choses évoluent dans le bon sens. Cependant, les difficultés restent encore nombreuses pour certains parents et la réalité du terrain prouve qu’il reste malgré tout des obstacles à franchir.

Des chiffres encourageants

Au cours de l’année 2016-2017, le nombre d’élèves porteurs d’un handicap et intégrés dans le milieu ordinaire s’élevait à 300 815. Cela représente plus du double des effectifs recensés en 2006 et une augmentation de 7,5 % par rapport à l’année scolaire précédente. La formation et la professionnalisation des accompagnants se sont, elles aussi, considérablement améliorées. Grâce à cela, la durée moyenne du parcours scolaire des élèves en situation de handicap est en nette augmentation. Par ailleurs, la nature même de ces parcours ne cesse de se diversifier grâce à la mise en œuvre des projets personnalisés de scolarisation (PPS) et l’aménagement de matériels pédagogiques adaptés au sein des établissements scolaires.

Dans cette logique, à la fin de l’année 2017, le comité interministériel du handicap s’est réuni afin de confirmer, d’ici à 2022, la création de 8000 postes d’accompagnants supplémentaires ainsi que la création de 250 ULIS (unités localisées pour l’inclusion scolaire) en lycée.

Des barrières persistantes

Malgré tous les progrès qui ont été faits pour favoriser l’inclusion des élèves en situation de handicap, nombreux sont les parents qui rencontrent encore des difficultés à intégrer leurs enfants au sein des établissements scolaires. La faute à des organismes d’accompagnement surchargés, et des procédures perçues comme trop lourdes et complexes à surmonter. Ainsi Claude Bisson-Vaivre, médiateur de l’Éducation nationale, rapporte le cas d’élèves attendant parfois des années avant de pouvoir obtenir une place en établissement spécialisé ou encore le cas de ces parents pour qui obtenir un AVS (auxiliaire de vie scolaire) relève du parcours du combattant.

Les démarches administratives gagneraient en effet à être simplifiées tant il est aisé de se noyer dans le torrent d’organismes et de sigles à connaître pour faire valoir ses droits (MDPH, ULIS, PPS, PAI, etc.). De plus, les délais d’attente sont bien souvent très longs tant les MDPH (maisons départementales des personnes handicapées), chargées d’étudier les demandes d’accompagnement, croulent sous les dossiers à traiter. Le travail est d’autant plus ralenti que certaines de ces demandes concernent des élèves dont les difficultés scolaires ne relèvent pas du handicap.

Un défaut de formation

Enfin, le manque de formation des enseignants et personnels de l’éducation peut également être un problème une fois les étapes administratives franchies. Avoir de bons chiffres sur le nombre d’enfants en situation de handicap au sein des établissements scolaires ne veut pas forcément dire qu’ils y sont tous épanouis. En effet, la différence dans une école peut se traduire par du harcèlement scolaire de la part des autres camarades ou encore, un élève avec des troubles comportementaux peut être vu comme « perturbateur » par l’équipe pédagogique. Malgré une bonne volonté indéniable, certains enseignants se disent toujours non formés pour gérer les besoins spécifiques d’élèves en situation de handicap dans leurs classes. Il n’est pas rare non plus que des écoles maternelles expriment leur refus d’intégrer des enfants autistes, ces dernières se sentant dépassées face à ce handicap et craignant une levée de boucliers des autres parents d’élèves.

Si en termes de quantité, le pari de la scolarisation des élèves porteurs d’un handicap semble réussi pour l’Éducation nationale, il reste donc encore bien des obstacles à surmonter afin de permettre une véritable inclusion et garantir un total esprit de « vivre ensemble » au sein des établissements scolaires.