Emploi et handicap : les travailleurs en situation de handicap se sentent-ils bien intégrés ?

Emploi et handicap : les travailleurs en situation de handicap se sentent-ils bien intégrés ?
by iddhea

Quelle est la place des personnes en situation de handicap dans le milieu professionnel en France ? Ces dernières se sentent-elles bien intégrées au sein de leurs entreprises ? À l’occasion du salon Handicap, emploi et achats responsables, qui se tiendra le 28 mai 2019 à Paris, une étude a été conduite par l’agence  événementielle (et entreprise adaptée) Inspirience. Cette dernière révèle que 30% des personnes en situation de handicap n’évoqueraient pas leur état de santé au travail. Si certains estiment, par pudeur, que le sujet ne concerne pas la sphère professionnelle, d’autres craignent plutôt qu’en parler n’ait un impact néfaste sur leur carrière.

Mais qu’en est-il pour les autres ?

Petit tour d’horizon de la question du handicap au travail avec IDDHEA.

Un sentiment d’intégration plutôt positif

Alors que le taux de chômage des personnes en situation de handicap atteint les 19 %, ceux qui sont déjà en poste émettent un avis globalement positif quant à leur intégration au sein de leur entreprise. En effet, sur les personnes interrogées, deux sur trois estiment que leur inclusion professionnelle fut plutôt « facile », avec un environnement bienveillant, du moins au sein des grandes entreprises. 86% des sondés se sentent d’ailleurs intégrés à une échelle égale à celle de leurs collègues, quand 80 % d’entre eux ont le sentiment d’être reconnu pour leurs compétences.

À noter que 78 % des participants à l’étude ont lancé les procédures nécessaires afin d’obtenir une reconnaissance professionnelle ou médicale tel que la RQTH. La moitié confie que cette démarche est motivée par la volonté de bénéficier d’un aménagement de leur environnement de travail.

L’aménagement de poste en tête des besoins exprimés

Bien avant un aménagement du rythme et des horaires de travail, il apparaît que c’est l’adaptation du poste qui arrive en tête des demandes des travailleurs en situation de handicap. Si 73 % des interrogés reconnaissent que leur entreprise a tenu compte de ce besoin, celui-ci le serait cependant de manière partielle.

Ainsi, le bien-être au travail passerait, selon les sondés, par davantage de formation au poste occupé, une sensibilisation accrue au niveau de l’environnement proche (collègue, hiérarchie, etc.) et des postes davantage adaptés aux besoins du salarié. En raison de cela, certains estiment qu’ils devraient être à un autre poste ou souhaiteraient être consultés sur la politique Handicap choisie par l’entreprise.

D’après Grégoire Decaux, dirigeant d’Inspirience, ces résultats témoignent d’une envie certaine de formation et d’évolution, dans la sphère professionnelle, pour les travailleurs en situation de handicap. Une « attente légitime et identique à celle des autres salariés » qui contredit totalement le stéréotype encore trop répandu du travailleur handicapé moins productif ou absentéiste en raison de son état de santé.

Un défaut d’accompagnement toujours d’actualité

Malgré la généralisation de véritables politiques dédiées à ce sujet au sein des entreprises, l’étude révèle que des efforts restent à faire au niveau de l’accompagnement des employés en situation de handicap.  Si la majorité exprime un avis globalement positif concernant leur environnement de travail, seulement 18% d’entre eux déclarent être pleinement satisfaits des actions menées par leur structure en termes de handicap. Par ailleurs, deux travailleurs handicapés sur trois se sentent non accompagnés dans leur évolution professionnelle.

Ainsi, même si la majorité des répondants se disent « fortement engagés » dans leur travail, seulement un tiers a le sentiment que l’entreprise leur renvoie la pareille afin de favoriser leur intégration. D’ailleurs, quand on regarde les compétences « transverses » qu’ils ont le moins développées durant leur parcours, le management arrive en tête pour 31 % des sondés.

D’après Sophie Rouxel, commissaire générale du Salon Handicap emploi et achats responsables, il est donc nécessaire d’opérer « une prise de conscience massive » du côté des chefs d’entreprise afin que le handicap au travail ne soit plus vu comme une contrainte, mais bien un engagement à part entière.