Une nouvelle Stratégie handicap votée par l’Union européenne

Une nouvelle Stratégie handicap votée par l’Union européenne
by iddhea

Ce 18 juin 2020, le parlement européen a adopté un nouvel opus post-2020 de sa Stratégie européenne en faveur des personnes en situation de handicap. Voté à une large majorité (653 pour, 6 contre, 29 abstentions), ce nouveau texte vient dépoussiérer la stratégie actuelle et apporter davantage d’ambition pour 100 millions de concitoyens.

Quels sont les domaines concernés et en quoi ce nouveau texte vient-il enrichir l’ancien ?

On fait un point avec IDDHEA.

100 millions d’européens concernés

Ce nouveau texte voté par le Parlement vient renouveler l’actuelle stratégie 2010-2020 (arrivée à expiration) qui promettait une Europe plus accessible et plus à l’écoute des besoins des 100 millions d’européens en situation de handicap. Cela afin de garantir le respect de leurs droits en plus de leur permettre de s’intégrer tout comme de participer pleinement à la vie sociale et économique au sein de l’Union européenne.

En effet, malgré les efforts fournis jusqu’à ce jour, les personnes en situation de handicap subissent encore de trop nombreuses discriminations en Europe. Ainsi, en 2017, le taux d’emploi des personnes handicapées, entre 20 et 64 ans, atteignait seulement 50,6% contre 74,8% chez les personnes « valides ». Un autre rapport de 2018 soulignait également que 28,7% des européens en situation de handicap étaient soumis au risque de finir sous le seuil de pauvreté ou de se voir exclus socialement, comparé à la population globale où se chiffre tombe à 19,2%.  Il est à noter enfin que parmi ces 100 millions de personnes en situation de handicap, 800 000 n’ont toujours pas accès au droit de vote.

Des améliorations dans tous les domaines

Cette nouvelle Stratégie handicap post-2020 s’inscrit, comme la précédente, dans la mise en application de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CRDPH) datée du 13 décembre 2006. Elle apporte ainsi des améliorations dans tous les domaines : emploi, éducation, formation professionnelle, santé, numérique, sports et loisirs, etc.

Parmi les objectifs visés, on note une volonté de collaboration approfondie avec « les personnes en situation de handicap, leurs familles ainsi que les diverses organisations compétentes » afin de mieux intégrer les droits des personnes handicapées au cœur de toutes les politiques et domaines de l’Union européenne.

Le texte affirme également son « approche qui tient compte de la dimension du genre » afin d’apporter des réponses concrètes aux questions de discrimination concernant particulièrement les femmes et les filles en situation de handicap.

En raison de la crise sanitaire actuelle, le texte s’applique également à instaurer de nouvelles mesures destinées à réduire l’impact des bouleversements liés au Covid-19 sur la population.

Enfin, la nouvelle stratégie met en projet la création d’une Carte européenne du handicap dont l’objet sera de définir le « handicap » à l’échelle de l’UE en plus d’assurer une reconnaissance mutuelle du statut d’invalidité à travers les différents pays.

Ce qui avait déjà été acté

La précédente Stratégie européenne avait déjà été à l’initiative de nombreux projets qui se sont concrétisés depuis, tels que l’Acte européen sur l’accessibilité, garantissant un meilleur accès pour les personnes en situation de handicap à de nombreux produits de consommation électroniques tels que des smartphones, liseuses et tablettes. Elle est également à l’origine de la directive sur l’accessibilité du Web, obligeant les services publics à rendre accessibles à tous leurs données et services en ligne. Enfin, n’oublions pas l’initiative Erasmus+ favorisant la mobilité des étudiants en situation de handicap à travers les pays de l’Union européenne.

Pour le futur, la Commission européenne a déjà annoncé en janvier 2020 qu’elle comptait présenter de nouvelles propositions pour une nouvelle stratégie en faveur des personnes en situation de handicap qui s’appliquera en 2021. Le Parlement réclame que celle-ci soit davantage ambitieuse pour permettre à l’Europe de devenir enfin leader en termes de droits des personnes porteuses d’un handicap.